Dans cet article, vous trouverez mon retour d’expérience sur la méthodologie BEM (Block ; Element ; Modifier) choisie dans ma précédente refonte du site RueDuCommerce, et chez mes différents clients.

Pourquoi vous faites ça ?

Dans le cas de mon dernier client, l’objectif était de refondre le site en plusieurs services renvoyant leur propre vue. Chaque service étant géré par une équipe différente, il était nécessaire pour chacun de mettre en place des bonnes pratiques et des méthodologies pour être tous sur la même longueur d’onde, même pour le HTML et le CSS. Les projets back-end et front-end étaient réalisés en Symfony et Javascript purs (le mot d’ordre étant d’avoir le moins de librairies externes que possible).

Comment est votre HTML/CSS/JS ?

Avant de vous donner mon avis sur cette méthodologie, un peu d’explication s’impose. Comme introduit plus haut, le BEM est une méthodologie. Elle définit une convention de structuration, de nommage et d’organisation pour vos assets web. Les conventions de structuration sont simples dans la théorie (expliquée en détail ici). Rapidement, vos pages HTML peuvent être définies en plusieurs “Blocks”. Dans ces “Blocks”, vous avez des “Elements“. Tout cela peut varier grâce à des “Modifiers”, d’où le nom BEM.

Nommage des classes

À partir de là on nomme nos classes de la manière suivante :

  • Les classes de Block ont le format .nom-du-block.
  • Les classes d’Element d’un Block ont le format .nom-du-block__nom-d-element.
  • Les Modifiers s’ajoutent aux noms des Blocks/Elements avec _nom-du-modifier exemple : .nom-du-block_nom-du-modifier ou .nom-du-block__nom-d-element_nom-du-modifier. Une variante existe avec --nom-du-modifier.

Les Modifiers

Au sein des Modifiers il faut distinguer :

  • Les Modifiers booléens traitant d’une modification on/off s’écrivant juste avec _nom-du-modifier, exemple : .footer_hide ; .header_sticky ; .menu_open.
  • Les Modifiers clef+valeur s’écrivant _nom-de-clef_valeur, exemple : .body_theme_sunny ; .body_theme_rainy ; .button_color_blue ; .button_color_red ; .column_size_s ; .column_size_m.

Les Blocks

La première difficulté inhérente à cette méthodologie est de savoir identifier un Block. Dans la documentation il est dit que toutes zones logiques et fonctionnellement indépendantes sont des Blocks.

BEM_image

Un Block peut contenir d’autres Blocks, il peut ne pas contenir d’Elements et peut être utilisé plusieurs fois sur la même page. Le gros plus de cette méthode est d’avoir une structure simple sur 2 niveaux et un système de nommage permettant d’identifier facilement les Elements de nos pages par des noms de classe uniques et exclusifs. Mais BEM ce n’est pas qu’une structuration de page HTML et un nommage de classe CSS, c’est aussi une manière de ranger son projet front. De ce côté là, BEM dit 2 choses :

  • Les Blocks sont rangés par niveau de définition, par exemple un dossier common.blocks avec tous les Blocks communs à l’application, un dossier library.blocks avec ceux importés de l’extérieur, un dossier mobile.blocks pour les versions mobiles etc…
  • Nos fichiers doivent être rangés par Block et non par extension de fichiers.

L’organisation des dossiers

Ensuite, la méthodologie nous offre 3 approches pour organiser les dossiers :

  • Nested : La structure classique de BEM, ici une classe correspond à un fichier. cette approche est de la forme :
    project
     common.blocks/
         block-name/
             _modifier/
                 block-name_modifier.css                     
             __element/
                 _modifier/
                    block-name__element_modifier.css
                 block-name__element.css
                 block-name__element.js
             block-name.css
             block-name.js
    
  • Flat : Une structure plus simple car ici tout est dans le dossier de définition, et libre au développeur de séparer les classes dans des fichiers ou de tout mettre dans le fichier principal du Block :
    project 
     common.blocks/
         block-name1_modifier.css                     
         block-name1__element_modifier.css
         block-name1__element.css
         block-name1__element.js
         block-name1.css
         block-name1.js        
         block-name2.css
         block-name2.js       
    
  • Flex : Cette approche est la plus flexible car elle combine les 2 structures citées plus haut, libre à vous de découper vos Block dans plusieurs fichiers, tant que c’est rangé dans un dossier correspondant au Block
    project 
     common.blocks/
         block-name/
             _modifier/
                 block-name_modifier.css                     
             __element/
                 _modifier/
                    block-name__element_modifier.css
                 block-name__element.css
                 block-name__element.js
             block-name.css
             block-name.js
         block-name2/
             block-name2.css
             block-name2.js
    

Oui mais en pratique ?

Pour notre cas, le projet n’étant qu’à ses balbutiements, cela n’a pas été trop long de redéfinir l’architecture de nos pages HTML actuelles et de supprimer tout nos ID pour en faire des classes biens définies, mais ce n’est que la première partie du travail.

S’en est suivi le découpage des classes en plusieurs fichiers. La structure choisie fut Nested, ce qui engendra la création d’une centaine de fichiers SCSS. Certaines classes CSS étant dépendantes, nous avons fait le choix de garder une hiérarchie dans ces classes, surtout pour celles possédants des selectors tels que les :hover.

Comme les Blocks sont réutilisables et indépendants, nous avons dupliqué pas mal de code à la base de chaque classe de Block tel que les informations des polices et des couleurs.

Le style étant écrit dans des fichier SCSS nous avons revu notre compilation d’asset. À cause d’un trop grand nombre de fichiers à importer, nous sommes passé sur un import généralisé par nom de dossiers, correspondant aux Blocks de chaque page.

L’ajout des Modifiers nous à fait repenser une partie de notre JS dans la foulée, au lieu de définir des valeurs de CSS en Javascript nous avons créé des classes avec Modifiers sur les Blocks et Elements que nous souhaitions transformer, et ajouté des toogleClass dans notre JS pour passer d’un état à un autre. De plus nous avons découpé tous nos JS dans des fichiers correspondant à chaque Block. Contrairement à la documentation de BEM, nous avons fait le choix de garder les fichiers JS séparés de nos fichiers CSS, comme il est défini par défaut par Symfony.

Qui dit mise en place de bonne pratique dit test. Pour cela, nous avons utilisé SCSSLint avec les règles de nommages de BEM pour nous assurer de notre régularité sur le nommage des classes.

Et donc ?

Le bon côté de BEM c’est que c’est une méthodologie, (No shit Sherlock !) c’est bête à dire, mais on a besoin de structure et de règles dans notre travail. Surtout en HTML et CSS, qui sont des langages dont on ne prend pas assez soin.

Cela nous a permis de facilement disposer de bouts de codes mutualisés avec d’autres équipes, avec la sécurité que leurs JS et CSS n’impactent pas notre travail.

Avec le découpage minutieux des classes CSS, il était très facile et rapide de retrouver notre code. À condition de ne pas être allergique aux arbres de dossiers fournis.

Le fait de définir des Modifiers nous a permis une plus grande maîtrise des états des Blocks et Elements. Son utilisation a aussi permis l’ajout d’effets de transitions grâce au CSS3.

Côté mauvais points, le découpage en multiple fichiers et les vérifications faites ont grandement ralenti la compilation de nos assets. La nature stricte des règles de BEM nous a obligé à faire beaucoup de changements sur nos assets et dans certains cas nous avons dû faire quelque entorses à la règle. Mais les personnes qui ont conçu cette méthodologie en sont conscients et les autorisent dans la mesure du possible (si je vous assure, c’est écrit ici). Pour les soucis de codes dupliqués, il nous aurait été facile d’utiliser les mixins.

Même si cette méthodologie fut longue à appréhender, elle nous a beaucoup apporté au niveau de l’architecture. Les mauvais points que nous avons pu rencontrer ont été, pour la plupart, causés par notre manque d’expérience de BEM. Avec du recul et si on fait le compte des points, BEM mérite que l’on se penche dessus. Je ne peux que vous conseiller de la mettre en place sur vos projets web.