Ravi de te voir Explorons de nouveaux savoirs

Les femmes dans l'informatique


8 Mars 2021 | 10 mins Marie Minasyan et Marianne Joseph-Géhannin

Aujourd’hui, c’est la journée internationale des droits de la femme, et nous avons voulu en profiter pour vous parler d’un sujet qui nous tient à cœur : les femmes dans l’informatique. Attendez, attendez ! Ne partez pas tout de suite. Le but de cet article est de vous raconter notre expérience pour vous donner une meilleure vision de pourquoi on n’est pas si nombreuses, pourquoi certaines abandonnent, et, surtout, comment faire pour que ça change. Alors, si vous aussi vous voulez plus de collègues femmes, lisez la suite.

Le constat

Le saviez-vous ?

Dans les années 80, presque 40% des étudiants en informatique étaient des femmes. Si, si, je vous assure.

40% des étudiants étaient des femmes

On ne sait pas exactement pourquoi cette tendance a brusquement changé, mais la théorie des publicités qui ont associé les ordinateurs personnels et jeux vidéos aux hommes et jeunes garçons est souvent mise en avant.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, en France les femmes représentent 23% des salariés dans les métiers du numérique, et seulement 17% dans le développement.

Dans ma promotion à l’université, on était une quinzaine de femmes pour 200 étudiants.

Sur 15, au moins 6 ont abandonné l’informatique pendant les études ou dans les 2 années qui suivaient.

À ma connaissance, on n’est plus que deux à faire encore du développement logiciel.

Mais comment est-ce qu’on en est arrivé là ?

Encore de nos jours, et ce même dans les pays développés, les femmes sont moins nombreuses que les hommes à mener une vie active, surtout à temps plein - rapport à la place de la femme dans la société, qui est un sujet plus large, mais qui joue un rôle ici aussi.

Selon cette étude, paradoxalement, plus un pays est égalitaire, moins les femmes s’orientent vers des études scientifiques. Dans les pays les moins bien lotis en termes d’égalité hommes-femmes, elles s’engagent dans des études scientifiques pour s’assurer une carrière stable et lucrative. Inversement, dans les pays plus égalitaires, les femmes ont plus de choix de carrières, elles peuvent donc laisser une place à leurs affinités. Ce qui dénote d’un réel manque d’attrait de la profession pour les femmes.

Celles qui entrent dans le monde de l’informatique

Plusieurs facteurs contribuent au manque des femmes dans l’informatique.

Premièrement, dès les années 60, les métiers de l’informatique gagnent constamment en prestige, les salaires sont intéressants, et beaucoup d’hommes s’y tournent. Les hommes étaient également favorisés lors des sélections dans les universités.

Ensuite, l’apparition des ordinateurs personnels a encore plus creusé cet écart. L’ordinateur coûtait cher, les hommes étaient plus nombreux à travailler et savoir s’en servir, donc il les achetait pour eux et pour leurs fils. De plus, comme mentionné plus haut, les publicités ont contribué au renforcement de l’idée que les ordinateurs étaient principalement destinés aux hommes et jeunes garçons. Par conséquence, l’ordinateur était vu comme un outil masculin. Dans les ménages, les filles passaient peu ou pas de temps à se familiariser avec celui-ci.

À l’arrivée des ordinateurs dans les écoles, les filles avaient plus de difficultés que les garçons. Souvent, le niveau du cours était aligné à celui des plus aguerris. De ce fait, les filles, faute d’accompagnement, décrochaient voire se réorientaient vers d’autres filières.

Est-ce à ce moment là qu’est née l’idée reçue que les femmes sont moins fortes en informatique que les hommes ? Difficile de le savoir précisément.

À peu près à la même période s’est construite (ou démocratisée, devrais-je dire) l’image du geek : un jeune homme un peu asocial, qui aime les jeux vidéos et les ordinateurs et qu’on trouve un peu bizarre sans vraiment savoir pourquoi. Cette image a été véhiculée par les films, les romans de science-fiction et les séries TV. Elle est d’ailleurs toujours fortement présente dans ces médias. The Big Bang Theory, vous connaissez ?

Tout ceci a contribué à créer des stéréotypes sociaux et de genre qui influencent les adolescents dans leurs choix de carrière. Ces stéréotypes sont à l’origine d’attentes variées concernant le comportement social et la réussite scolaire des femmes et des hommes. Et ils sont transmis aux enfants dès le plus jeune âge, que ce soit par les familles ou les enseignants, souvent inconsciemment. Je vous invite à lire cette étude si vous souhaitez en savoir plus.

L’informatique est un monde vu comme masculin. Ainsi, de nos jours, dès le lycée (pour ne pas dire collège), il y a peu de filles qui s’intéressent aux filières scientifiques.

Celles qui abandonnent

On vient de le voir, peu de femmes choisissent de se former aux métiers numériques. Mais il y a également 41% des femmes qui abandonnent l’informatique dans les 10 premières années.

Parmi les raisons qui les poussent à prendre cette décision, on peut voir ceci :

Les raisons pour lesquelles les femmes abandonnent l'informatique

Il y a des femmes qui subissent une grande pression au travail liée à l’association de certaines tâches à un genre donné.. Par exemple, il existe toujours l’idée que les femmes sont plus douées que les hommes dans l’organisation et la communication. Or, il n’y a, à l’heure actuelle, aucune étude qui aurait démontré que les femmes ou les hommes soient naturellement plus disposés à un type de tâche donné.

Néanmoins, dans certaines entreprises, on va avoir tendance à demander aux femmes de s’occuper de ces tâches. Elles y arrivent bien, donc on leur alloue de plus en plus de temps pour ces tâches annexes. Petit à petit, souvent malgré elles, elles se retrouvent éloignées de leur métier principal.

Le problème est que d’autres membres de l’équipe ont souvent tendance à considérer ces compétences comme moins alignées sur ce que signifie être un “vrai développeur / ingénieur”. Elles ont donc le sentiment de devoir re-faire leurs preuves sur leurs compétences techniques et chercher de nouveau leur place dans l’équipe. Cette situation crée une pression, ajoute du stress au quotidien, et empiète également sur l’équilibre de vie privée / vie professionnelle.

Par ailleurs, les femmes sont encouragées par leurs supérieurs à monter en compétences sur des postes qui leur font abandonner le développement. Et voici le constat :

Principaux métiers numériques par genre

Les femmes sont donc parfois insatisfaites de leurs perspectives de carrière. Elles ont le sentiment de ne pas pouvoir évoluer de la façon dont elles voudraient, et finissent par abandonner l’informatique.

Une des autres raisons qui poussent les femmes à abandonner leur métier dans l’informatique est le sexisme. Malheureusement il est encore bien présent dans notre société de façon générale, et non seulement dans l’informatique. Au travail, cela peut aller d’une petite remarque maladroite de temps en temps à un environnement hostile où les femmes ne se sentent pas en sécurité.

On pourrait vous raconter des dizaines de situations qui nous sont arrivées, mais si vous avez lu l’article jusque là, on espère que vous n’êtes pas concerné.e.s par le sujet. Mais si cela vous intéresse, une étude intéressante orientée vers les formations dans le numérique a abordé le sujet récemment. Elle met par exemple en évidence que 86% de femmes remarquent des comportements sexistes, contre 58% d’hommes seulement, il y a donc un décalage assez important de la perception des événements.

Le changement

Sensibiliser dès le plus jeune âge

Aujourd’hui, beaucoup d’écoles et universités mettent en place des actions pour attirer plus de jeunes femmes dans les filières scientifiques. Mais souvent, à cet âge-là il est déjà trop tard, l’envie d’éviter ces métiers est déjà installée. Il faut donc intervenir plus tôt, le plus tôt possible d’ailleurs, pour éviter qu’une réticence s’installe.

Voici quelques idées de ce que vous pourriez faire à titre personnel.

Pour les enfants les plus jeunes, les exposer aux sciences de façon générales est un bon début. Vous allez passer quelques jours en famille ? Profitez-en pour faire une petite expérience simple en jouant avec vos nièces et neveux.

Si vous avez des filles de 12+ ans dans votre entourage, vous pouvez les initier à l’informatique. Essayez de leur donner envie de s’y intéresser, accompagnez-les dans leurs premiers pas. Vous pourriez leur raconter par où commencer, où trouver des ressources pertinentes, et comment trouver de l’aide en cas de besoin.

Il existe des centaines de MOOCs sur internet, disponibles gratuitement sur des sites comme Coursera.org, Edx.org, Udemy.com. C’est un format d’apprentissage qui permet d’aller à son rythme, et qui donne accès à une communauté où les étudiants peuvent chercher ou donner de l’aide.

Ou pourquoi pas les inviter à faire un stage dans l’informatique si vous en avez la possibilité ?

Avoir des femmes mentors

Une autre approche pour donner envie aux jeunes femmes de s’intéresser à l’informatique est de mettre en avant les contributions réalisées par d’autres femmes dans ce domaine.

Et ce n’est pas ce qui manque. Vous pourriez leur parler de Grace Hopper, Margaret Hamilton, Katherine Johnson, Shafi Goldwasser et tant d’autres. Vous pourriez aussi leur montrer le film Hidden Figures par exemple. Faites-les rencontrer vos collègues femmes qui pourraient les encourager à poursuivre une carrière dans l’informatique.

Un environnement plus sain pour les femmes

En plus d’augmenter le nombre de femmes qui rejoignent les filières scientifiques, il faut faire en sorte qu’elles s’y sentent bien et qu’elles poursuivent cette voie. Par ailleurs, l’état sensibilise les entreprises à l’égalité professionnelle hommes-femmes. Forcément, les entreprises dans le domaine du numérique sont les plus concernées, et elles cherchent des femmes à embaucher.

Néanmoins, même si les femmes sont recherchées (et parfois même favorisées pour l’obtention d’un poste), les collègues hommes n’ont pas forcément l’habitude de travailler avec elles. D’après une étude publiée en 2018 par l’Université Cornell, les hommes surestiment leurs capacités et leurs performances, alors que les femmes les sous-estiment. Par habitude, les femmes vont être moins sujettes à affirmer leurs positions, et c’est par là que vont s’engouffrer des attitudes ne leurs faisant pas confiance ou les remettant en question sans cesse.

Pour éviter ce genre de comportements, il faut adopter une nouvelle gymnastique d’esprit, et se forcer à se poser quelques questions avant toute intervention :

  • Est-ce que j’ai bien écouté mon interlocutrice ?
  • Est-ce qu’elle a plus d’expérience que moi sur le sujet ?
  • Ai-je vérifié par moi-même avant d’intervenir ?
  • Ai-je de vraies raisons de remettre en question ses dires ?

De la même manière, en tant que supérieur hiérarchique, il faut être attentif aux envies de progression de ses équipes, et éviter d’allouer les tâches à une personne en se basant sur des stigmatismes sociaux et des idées reçues.

Concernant les remarques sexistes qui peuvent avoir lieu au travail, même si vous n’en n’êtes pas l’auteur, vous pouvez intervenir. Faire remarquer à l’auteur qu’un propos est déplacé et soutenir la ou les femmes qui vous entourent permet d’assainir l’environnement, et de s’assurer que progressivement ces situations ne se répètent plus. Si vos collègues femmes se sentent soutenues, elles auront moins peur de signaler des situations inadaptées, se sentiront mieux de façon générale dans l’équipe et pourront mieux y contribuer.

Le mot de la fin

Les femmes dans l’IT ne peuvent pas améliorer la situation seules, et même si le gouvernement met en place des actions pour l’égalité homme/femme, c’est à chacun et chacune d’entre nous de promouvoir ces merveilleux métiers, en cassant les idées reçues auprès des jeunes filles. Vous pouvez faire bouger les lignes : améliorer le quotidien, faire confiance et donner confiance aux femmes qui travaillent autour de vous, comme vous le feriez pour n’importe quel collègue.

On compte sur vous pour que dans quelques années on puisse faire un article sur l’augmentation du nombre de femmes dans l’IT :)

À très bientôt !

Auteur(s)

Marie Minasyan

Astronaute Raccoon @ ElevenLabs_🚀 De retour dans la Galaxie.

Marianne Joseph-Géhannin

Développeuse PHP/Symfony 🦝

Utilisation hors-ligne disponible